Passer le menu

Henri IV - le règne interrompu

Le roman

La mode des romans médiévaux mettant en scène des chevaliers et leurs exploits s’estompe sous Henri IV. Désormais, point de héros de légende ou de récits merveilleux, l’ambiance est pastorale. Les protagonistes principaux du grand roman de la fin du règne, L’Astrée d’ Honoré d’Urfé , sont bergers. Publié à partir de 1607, l’œuvre est un roman à tiroir composé d’une histoire principale et d’épisodes secondaires. Articulé en cinq parties, quarante histoires, soixante livres et 5 399 pages, ce « roman des romans » lance la mode du roman-fleuve en France et connaît un grand succès dans toute l’Europe.

Si la mode est aux mignardises bucoliques, Henri IV reste fidèle à ses lectures de jeunesse. À L’Astrée, il préfère L’Amadis des Gaules, roman de chevalerie espagnol écrit au XVe siècle dont il aime se faire lire quelques pages avant de se coucher. Ce goût lui vient peut-être de sa relation avec Diane d’Andoins, elle-même éprise de roman de chevalerie au point d’emprunter son surnom de Corisande à l’héroïne de L’Amadis. Le Don Quichotte de Cervantès, dont un premier volume est publié en 1605, fait partie de la bibliothèque idéale du gentilhomme français de l’époque. Il intéresse également Henri IV, sans doute fasciné par le mythe de l’âge d’or, qui s’en fait lire des passages vers la fin de sa vie.

Médias associés à cette fiche

Titre du média : L'Astrée, par Honoré d’Urfé

Page illustrée du roman "L'Astrée"
© Ville de Saint-Étienne
Légende :
L'Astrée, par Honoré d’Urfé, Paris, 1647. Première partie, livre premier. Illustration de Céladon et Astrée
Bienvenue sur le site Henri 4
/1/ Vous souhaitez voir ce site en version flash, ce site nécessite donc que votre poste soit équipé du flash player et que soit activé le javascript sur votre navigateur.

/2/ Si vous n'avez pas flash installé sur votre ordinateur, vous pouvez consulter la version accessible du site.

/3/ Vous pouvez consulter la version mobile du site.
Version accessible