Passer le menu

Henri IV - le règne interrompu

Le rituel

Depuis la fin de l’après-midi, le corps d’Henri IV était resté sur un lit dans le petit cabinet de la reine. Vers minuit ses vêtements souillés de sang lui furent retirés. On le lava, on l’habilla d’un pourpoint de satin blanc puis son corps fut transporté dans sa chambre et installé sur son lit. C’est là que le lendemain 18 médecins et 13 chirurgiens du roi pratiquèrent l’autopsie. Tous remarquèrent le bon état général du corps et s’accordèrent pour dire que la deuxième plaie « estoit seule et nécessaire cause de la mort ».

L’embaumement du corps commença immédiatement après. Les entrailles du roi furent déposées dans un vase et emportées le 18 mai suivant à Saint-Denis. Son cœur fut placé dans une urne de plomb enchâssée dans un reliquaire d’argent en forme de cœur et, selon sa volonté, fut transporté par Montbazon et quelques 400 cavaliers au collège jésuite de La Flèche. Une fois embaumé, le corps du défunt fut mis en bière et exposé sur un lit couvert de draps d’or dans la grande chambre de parade du Louvre, dix-huit jours durant. Dans cette chapelle ardente, 100 messes basses et 6 grand-messes étaient célébrées quotidiennement. Le 10 juin, la bière fut transposée dans la salle des Caryatides et exposée sur un « lit d’honneur » sur lequel on avait placé une effigie du roi défunt.

Ce rituel pris fin avec les funérailles proprement dites. Le 25 juin, Louis XIII vint donner de l’eau bénite à son père. Le 29 juin, une procession de tous les corps constitués fut organisée pour accompagner le corps d’Henri IV jusqu’à Notre-Dame, où eut lieu une première cérémonie. Le lendemain, 30 juin, ce fut le départ pour la nécropole royale de Saint-Denis où l’inhumation eut lieu le 1er juillet 1610. Entre temps, le corps d’Henri III avait été ramené en hâte de Compiègne, afin d’être placé dans le caveau et démontrer ainsi symboliquement la continuité royale.

Médias associés à cette fiche

Titre du média : Buste du roi Henri IV

Buste en cire polychrome du roi Henri IV
Commentaire :
Représentation symbolique du souverain, l’effigie du roi défunt avait été réalisée en osier, revêtue de tous les insignes de la royauté. La tête couronnée et les mains avaient été confectionnées en cire à partir de moulages, afin de rendre le mannequin plus réaliste encore. On démontrait ainsi de manière spectaculaire et symbolique que la dignité royale ne mourrait jamais. Comme pour mieux convaincre les sujets de cette permanence on servait à l’effigie deux repas par jour, comme si le roi était encore vivant !
Légende :
Buste du roi Henri IV, par Guillaume Dupré (Sissonne, vers 1574- ?, 1647), 1610. Cire polychrome ; H. 62 ; L. 37 cm. Musée Condé de Chantilly, OA 1277

Titre du média : Cénotaphe d’Henri IV

Cénotaphe d’Henri IV attribué à Noël Mérillon, vers 1650
© Prytanée national militaire
Légende :
Cénotaphe d’Henri IV attribué à Noël Mérillon, vers 1650. Les cendres du roi sont conservées à l’église Saint-Louis du prytanée national militaire

Titre du média : L’argenterie du roy pour l’année 1610

Document d’archive détaillant l’argenterie du roy, 1610
© Archives nationales
Commentaire :
Ce document énumère les dépenses royales pour 1610 : sacre de la reine, funérailles d’Henri IV et sacre de Louis XIII. On connaît ainsi tous les détails de l’effigie car les fournisseurs sont cités : « l’habillement royal pour l’effigie » est fourni par les drapiers Pierre Robin et Jehan Royer. Il comprenait un pourpoint en toile d’argent doublé de taffetas blanc, des chausses de satin blanc de Florence, des bas de soie, une camisole de satin rouge cramoisi, une dalmatique, une tunique et des bottines de satin violet cramoisi, un manteau de velours de Tours doublé de taffetas. Quatre brodeurs furent chargés d’orner le drap mortuaire de 1450 fleurs de lys, le dais et le manteau royal de 1866 et 3420 fleurs de lys.
Légende :
L’argenterie du roy pour l’année 1610
Bienvenue sur le site Henri 4
/1/ Vous souhaitez voir ce site en version flash, ce site nécessite donc que votre poste soit équipé du flash player et que soit activé le javascript sur votre navigateur.

/2/ Si vous n'avez pas flash installé sur votre ordinateur, vous pouvez consulter la version accessible du site.

/3/ Vous pouvez consulter la version mobile du site.
Version accessible